livois.com

Uc V de BauxAge: 68 years11711239

Name
Uc V de Baux
Given names
Uc V
Surname
de Baux

Hugues de Baux

Name
Hugues de Baux
Given names
Hugues
Surname
de Baux
Birth 1171 41 41

Birth of a daughter
#1
Alasacie de Baux

Birth of a son
#2
Gilbert II de Baux

Birth of a brotherBertrand II de Baux
1173 (Age 2 years)

Birth of a sisterTiburge de Baux
after 1173 (Age 2 years)

Birth of a brotherGuilhem III de Baux d'Orange
1175 (Age 4 years)

Death of a fatherBertrand I de Baux
1181 (Age 10 years)

Birth of a brotherGuilhem - Uc II de Baux
before 1184 (Age 13 years)

Death of a motherThiburge de Montpellier
after 1190 (Age 19 years)

MarriageBarrale de MarseilleView this family
1195 (Age 24 years)

Death of a brotherBertrand II de Baux
1201 (Age 30 years)

Death of a sisterTiburge de Baux
after 1215 (Age 44 years)

Birth of a son
#3
Barral I de Baux
1217 (Age 46 years)

Death of a brotherGuilhem III de Baux d'Orange
1218 (Age 47 years)
Birth of a daughter
#4
Cécile de Baux
before 1219 (Age 48 years)

Death of a sisterErmelina de Baux
after 1220 (Age 49 years)

Death of a wifeBarrale de Marseille
1234 (Age 63 years)

Birth of a grandson
#1
Bertrand III de Baux d'Avellino
1235 (Age 64 years)

Birth of a granddaughter
#2
Marquise de Baux
1235 (Age 64 years)

Marriage of a childBarral I de BauxSibila d' AnduzeView this family
1235 (Age 64 years)

Birth of a granddaughter
#3
Cécile “Passerose” de Baux
before 1239 (Age 68 years)

Death 1239 (Age 68 years)

Family with parents - View this family
father
mother
Marriage: before 1150
22 years
himself
3 years
younger brother
3 years
younger brother
-1 years
younger sister
12 years
younger brother
sister
Family with Barrale de Marseille - View this family
himself
wife
Marriage: 1195
23 years
son
daughter
son
daughter

NoteDivers
Citation details: Une famille de la Noblesse Provençale au MA - 97
NoteLa Noblesse et l'Eglise en Provence, fin Xe - début XIVe siècle
Publication: 2007
Citation details: 305-307
NoteLa Noblesse et l'Eglise en Provence, fin Xe - début XIVe siècle
Publication: 2007
Citation details: 439
SourceLa Noblesse et l'Eglise en Provence, fin Xe - début XIVe siècle
Publication: 2007
Citation details: 630
Note
Il fait valoir les droits qu'il a reçus dans le quartier du Vieux-Bourg d'Arles par son mariage avec Barrala, fille d'Azalaïs Porcelet et de Barral de Marseille. Alphonse II accorde la commune la juridiction du Méjan aux Baux et s'engage à ne pas exciter l'animosité de la commune de la cité d'Arles contre le Vieux-Bourg.
Note
Il dispose à nouveau du péage de Trinquetaille (mis en place par son grand-père), que son fils Barral se fait confirmer par l'empereur Frédéric II en 1238. Vers 1194/5, à la suite de son mariage avec Barrala de Marseille, fille d'Azalaïs Porcelet , il obtient en dot une partie des droits seigneuriaux sur le Vieux Bourg. En 1206/1207, en tant que coseigneur du Vieux bourg, Uc réussit à se faire élire consul au sein du collège unique qui réunit depuis 1202 les anciens consulats de la Cité et du Vieux bourg. Durant son mandat, il cherche à imposer sa tutelle au consulat et, par son intermédiaire, son hégémonie sur la Cité et la ville en général. Mais il échoue et les divisions que ses projets ont suscitées au sein des élites citadines contraignent les consuls à abandonner la désignation de leurs successeurs à l'archevêque Michel de Mourèse, conformément aux statuts du consulat. Uc change alors de stratégie, renonce à dominer le consulat et passe une alliance avec le comte de Provence Alphonse II en juillet 1207: en échange de sa fidélité, il obtient du comte la confirmation de sa seigneurie sur le Bourg neuf, la consession d'un quart des droits comtaux sur la Cité, et la seigneurie du petit quartier de Méjan, longtemps disputé entre le Vieux bourg et la Cité. Au début du XIIIe siècle, la domination de la ville d'Arles reste ainsi au coeur du dispositif seigneurial des Baux, malgré la rivalité qui l'oppose à l'archevêque et aux milites citadins dominant le consulat.
Note
Des signes de difficultés financières commencent à être perçus. Pourtant riche du produit de la vente de ses droits sur la seigneurie de Marseille, Uc V doit emprunter en 1226 et 1234, les sommes de 36 000 et 200 000 sous, gagées sur plusieurs seigneuries de Camargue dont il doit finalement vendre une partie.
Note
Vicomtesse de Marseille